Taikai interne de novembre

Ce Taikai AKE, en date du 24, a rassemblé 21 participants dans notre dojo de Courcelles. Supervisé par Yumi sensei, il a été ouvert par un Yawatachi mené par Naeko, assistée de Nghi-Dung et de Pierre. Une nouveauté dans le règlement, le précédent vainqueur se voit désormais appliqué trois points de handicap dans le Taikai suivant. Cela donne donc plus de chance de se voir décerner les traditionnelles sardines à l’huile qui comblent les heureux gagnants. A l’issue d’un Izume plein de suspens, les résultats sont

Premier : Arnaud (4 flèches)
Second : Jean-Pierre (4 flèches)
Troisième : Pierre (4 flèches)

Les quatre finalistes à départager

Quatre flèches en mode Dalton

Les trois vainqueurs

Premier Taikai interne de l’automne 2018 à l’AKE

Ce taikai s’est déroulé le 27 octobre dernier avec 21 participants sous la direction éclairée de Yumi Minaminaka sensei, Renshi 6ème dan, assistée d’Anne-Marie. Le tirage au sort a été réalisé par Junji qui nous a rejoint en septembre dernier. D’autres nouveaux, tels que José et Katharina ont pu s’initier avec profit à l’art du Yatori durant le taikai. Quatre sharei se sont succédé pour l’habituel tir des douze flèches. A l’issue de cette première partie, Mohamed (mudan) a créé la surprise en totalisant 6 flèches, en égalité avec Jean-François sensei et Claude. Après une pause tout aussi bienvenue que roborative, Izume a départagé les finalistes avec :

Premier : Jean-François (6 flèches)

Second : Claude (6 flèches)

Troisième : Mohamed (6 flèches)

Taikai interne AKE du mois de mai 2018

Nous fûmes 19 partants pour ce Taikai interne AKE du mois de mai 2018 en quatre Sharei.
Avant le tirage au sort par la main innocente de Miyabi, nous avons pu assister à un tir de cérémonie sous forme de Yawatashi par :
  • Ite: François Cavalier, Président d’AKE, 5ème dan;
  • Daiichi Kaizoe: Naeko Ota, Vice-présidente d’AKE, 5ème dan;
  • Daini Kaizoe: Jean-Froiçois Decatra, Président sortant d’AKE, Renshi 5ème dan.
Deux flèches d’échauffement et le Taikai peut enfin commencer sous la supervision bienveillante de Yumi Minaminaka sensei, Renshi 6ème dan, assistée de Marie-Chrisitine.
Après les deux premiers tours (8 flèches), une pause festive et gourmande est organisée où le traditionnel cake au rhum de Marie-Christine a été accompagné d’une délicieuse quiche lorraine par notre chef Jean-Paul.
A la fin des douze flèches, la première et deuxième place doivent être départagées dans un suspens qui ne connu son dénouement qu’après 4 flèches en Izume et une dernière flèche en Enkin.
Le classement de ce Taikai du mois de mai est le suivant:
  1. Jean-Benoît (8 flèches),
  2. Arnaud (8 flèches),
  3. Damien (4 flèches).
Applaudissements et cadeaux gourmands concluent cette matinée joyeuse !

Taikai interne AKE – 28 avril 2018

Douze personnes présentes sur le shajo pour le Taikai AKE interne du mois d’avril.

Après le tir de cérémonie d’ouverture  (Yawatashi : Ite : François, Daiichi Kaizoe : Marie G., Daini Kaizoe : Philippe), le tirage au sort débute. Quatre sharei de trois sont constitués et le Taikai débute sous la direction de Yumi sensei pour 12 flèches.

Le rythme est rapide compte tenu du nombre de tireurs. À l’issue des 12 flèches, Quentin et Thierry doivent se départager et, dès le premier tour du tir éliminatoire, Thierry met fin au suspense.

Les résultats sont alors proclamés :

  • François, 6 points
  • Claude : 5 points
  • Thierry : 3 points

Rendez-vous au Taikai d’AKE ouverts à tous les clubs le dimanche 13 mai prochain !

Pratique du tir en Rissha

Document ANKF
Traduction et relecture : Stéphane Louise, Claude Luzet et Yumi Minaminaka

De façon fondamentale, les mouvements sont effectués avec la respiration, mais lorsque les mouvements de Rissha (tir debout) et de Zasha (tir avec descente en kiza) sont différents, en posant comme point important l’harmonisation du tireur en rissha avec les tireurs en zasha, la façon de s’harmoniser s’établit de la façon suivante :

Ce qui suit est une liste des points essentiels lors d’un tir d’examen (en Wafuku et avec cinq personnes dans le tachi).

  1. Sur Honza pour s’harmoniser avec hiraki-ashi afin de faire hadanugi (ou mettre le tasuki), faire ashibumi (NdT : lit. écarter les jambes) sans regarder la cible et lever l’arc en face de soi avec deux mains (la corde fait face, et l’arc est tenu de la main droite au niveau de Tori-uchi). Lorsqu’un tireur a déjà fait tasuki-kake, il reste face à la cible jusqu’à ce que les tireurs qui font hadanugi aient terminé et reviennent face aux cibles.
  2. Après la fin de hadanugi (ou tasuki-kake), afin de s’harmoniser avec les tireurs qui font hiraki-ashi pour revenir face aux cibles, faire pencher légèrement l’arc tout en abaissant la main droite au niveau de metsuke-bushi, puis, tout en se tournant face aux cibles, amener l’arc au niveau du flanc gauche (la main gauche doit rester au contact de la hanche). De plus, à ce moment-là, il ne faut pas trop faire monter l’arc.
  3. Sur honza, lorsque les tireurs en zasha montent les hanches, il faut s’avancer un peu pour conserver l’alignement.
  4. Sur shaï, afin de s’harmoniser avec les tireurs en zasha qui font hiraki-ashi pour se mettre face à Waki-shomen, faire ashibumi en regardant la cible.
  5. Pour s’harmoniser avec le yatsugaé des tireurs en zasha, procéder à yatsugae à hauteur d’épaule (le visage s’installant dans l’intervalle entre la corde et l’arc). Poser motohazu de l’arc en haut du genou gauche à l’aide de Ensô, en tenant le hazu de la flèche et avec le sentiment de faire une offrande.
  6. Au moment où le précédent tireur en zassha se lève, prendre otoya (si haya a déjà été tirée, faire tsuru-shirabe), puis au tsurune du précédent, faire torikake et procéder au tir.
  7. Après avoir tiré haya, une fois monomi-gaéshi terminé, fermer ashibumi tout en se tournant vers les cibles, puis revenir sur honza, enfin sans poser sa pointe d’arc au sol, rectifier la position de otoya.
  8. Au tsurune de ochi, revenir sur shaï, puis sortir du shajô après le tir de otoya.

Remarques :

  • Pour mochi-mato-sharei ou bien hitotsu-mato-sharei, après sur sadame-no-za ou sur honza, pour s’harmoniser avec les tireurs en zasha qui relèvent les hanches, avancer un peu afin de s’aligner.
  • Pour mochi-mato-sharei, en cinquième position après avoir tiré haya et fait monomi-gaéshi, rester dans la même position ou bien refermer ashibumi. Et puis faire yatsugaé avec le reste du tachi.
  • Lorsque l’on fait un mochi-mato-sharei en rythme « monomi-gaéshi no ma-aï», effectuer le mouvement suivant au moment où le tireur précédent comment à reculer sur honza.
  • Lors d’une compétition,
    1. Après le tir de haya, on effectue le tir de otoya en restant sur shai.
    2. Dans une compétition où on tire quatre flèches, lorsque le tireur met les deux flèches suivantes au sol ou les reprend, il doit poser motohazu de l’arc au sol.
  • En ce qui concerne les autres points, se référer au recueil de questions-réponses édité par la fédération japonaise.

Atelier matériel de kyudo: gant, poignée, flèches…

Samedi 7 avril, après l’entraînement, nous avons consacré l’après-midi à un atelier « matériel ». Les anciens du club nous ont expliqué comment prendre soin des gants, des plumes, des arcs et refaire le nakajikake et la poignée. L’atelier a été très dense. Voici une partie de ce que j’y ai appris.

Les gants

Après de longs mois d’entraînement, nos gants sont vraiment sales. Or quand il fait chaud, la saleté accroche. Yolande nous a conseillé de les nettoyer avec une brosse à dents ou du papier de verre 000. Puis, au choix, de prendre un dissolvant sans acétone, ou de l’eau tiède avec de la lessive ou du savon de Marseille et de frotter.

Dans le tsuru makura (, là où va la corde), il faut de temps en temps remettre une résine spéciale qui permet de sculpter le creux. Yolande nous a montré comment chauffer la spatule, avant d’appliquer l’équivalent d’un petit grain de riz de résine dans le creux et sur le côté du pouce du gant.

Quant au sous-gant, il faut le laver régulièrement, et le laisser à l’air libre après l’entraînement : il ne doit pas rester dans le gant. Un maître de kyudo conseillait même de changer de sous-gant toutes les 4 flèches en été.

Les plumes

Lorsque les plumes sont ébouriffées, on peut les mettre au-dessus d’un peu de vapeur pour qu’elles reprennent leur place, et les lisser. Il faut ensuite bien les essuyer. On peut aussi nourrir les plumes avec de l’huile de camélia, de lin, de géranium ou d’argan.

Le nakajikake

En tant que mudan, c’est la partie que j’avais déjà apprise « sur le tas » avec l’aide de mes sempai et du guide AKE. Mais j’ai découvert que le nakajikake était plus technique que je ne le soupçonnais.

Ainsi, j’ai appris qu’on pouvait faire la nakajikake avec de la colle spéciale, de la colle blanche ou encore de la résine (kusune). Yumi Sensei nous a montré, document (en japonais) à l’appui, les trois parties du nakajikake : en haut le stoppeur (une petite boule), puis le point d’encoche, puis la partie sur laquelle se pose le gant.

En effet, la partie où va le gant doit affleurer et ne pas couper la bosse du gant pour ne pas l’abîmer. Le nakajikake doit sortir un peu du gant pour pouvoir partir tout seul.

 

Les poudres

A AKE, les nouveaux reçoivent un « kit du débutant » avec notamment le kusune, le fudeko et le giriko.

Le kusune (くすね) sert pour le nakajikake et la corde. C’est un mélange d’huile de colza, de résine de pin, diluées avec un solvant. Il existe du kusune pour l’été et pour l’hiver car il est sensible à la température. Si le kusune est trop dur, on peut y déposer une goutte d’huile essentielle de térébenthine sur le cuir qui sert à frotter la corde pour la renforcer au début de l’entraînement.

Le fudeko (筆粉) est la poudre qu’on met sur la main de l’arc et sur la poignée. Elle existe en blanc ou gris. La poudre blanche est faite avec de l’os de seiche râpé ou broyé ; elle ne tache pas la poignée. Quand elle est grise, c’est de la poudre de coque (son) de riz brûlé. On peut aussi prendre de la poussière du sol pour faciliter le mouvement de l’arc.

Le giriko (ギリ粉) est une poudre jaune (de la résine de pin) qu’on applique sur les doigts du gant pour leur permettre d’accrocher quand on ouvre l’arc.

Enfin, l’atelier s’est terminé sur la réfection des poignées d’arc. Marie nous a tous impressionnés en refaisant une poignée en 15 minutes !

L’étiquette et l’état d’esprit au quotidien des kyûdôjin

par Kamogawa Nobuyuki, hanshi 10e dan

Ce texte a été publié dans le Kyûdô magazine en septembre (N° 604) et en octobre 2000 (N° 605).
Traduction et relecture : Toshiko Cajot, Yumi Minaminaka, Miyabi Régnier, Yolande Terasson.

I. – En dehors du dôjô

1. Il est conseillé de porter l’arc de la main droite si c’est le seul bagage. Dans le cas contraire, il est recommandé de porter le bagage le plus léger de la main gauche (l’arc en l’occurrence) pour que yunde ne soit pas perturbé par un bagage trop lourd et occasionne lors du tir des tremblements, par exemple.
2. Lors d’un déplacement dans un endroit très animé, il faut maintenir l’arc en position verticale et ne pas le tenir contre l’épaule : cela afin d’éviter de déranger les passants et porter l’arc sur l’épaule est une attitude disgracieuse.
3. Marcher en tenant l’arc par la corde n’est pas approprié, cela est discourtois. Et si la corde se rompt, l’arc se détendra vivement et pourra blesser autrui.
4. Ne pas exposer le matériel de kyûdô au soleil, cela risque de l’endommager.
5. Ne pas utiliser de housse en plastique lorsqu’il fait chaud pour protéger l’arc. La chaleur qui s’y emmagasine risque de modifier la forme de l’arc.
6. L’arc est précieux, il faut en prendre soin. Il doit être protégé par une housse et manipulé avec précaution.
7. Pour transporter un arc en voiture, poser l’arc à côté du siège du conducteur, le motohasu vers le bas. Cela pour une meilleure sécurité et éviter d’endommager uwasekiita plus long donc plus fragile.
8. On ne laissera pas l’arc dans une voiture plus que nécessaire pour le transport afin d’éviter les déformations.
9. Ne pas transporter l’arc corde tendue. Si la corde se rompt, l’arc va se détendre et cela risque de blesser quelqu’un.
10. Pour transporter un arc en avion, il faut impérativement bien protéger les deux sekiita (uwasekiita et shimosekiita : voir Manuel de kyudo p. 121, ndt) sur 30 centimètres au moins pour éviter de détériorer ces parties de l’arc qui sont plus fragiles.

II. – A l’entrée et à la sortie du dôjô

1. Dans un dôjô, on se déchaussera en irifune (pointes de pieds dirigées vers l’intérieur) et disposer les chaussures (ou les zori) en position defune (tournées vers l’extérieur) dans l’entrée ou les ranger dans le meuble à chaussures s’il y en a un mis à disposition. Cela fait partie de l’étiquette au quotidien, il faut toujours garder à l’esprit le sens du rangement.
2. Si quelqu’un d’autre prépare les chaussures (ou les zori), alors il faut utiliser ses mains pour les enfiler. Ne pas se chausser directement. Cela représente un acte de remerciement pour la personne qui les a préparées.
3. On rentrera dans un dôjô sans manteau, car on ne peut honorer l’esprit du lieu sans se défaire de ses vêtements d’extérieur. Avant de rentrer dans le dôjô, il faut se dévêtir par courtoisie. Le haori peut être porté, car il est considéré comme un vêtement d’intérieur. (Le haori pour homme est un vêtement officiel).

III. – A l’intérieur du dôjô

1. On honorera le kamidana, il faut saluer d’un rei s’il y a le drapeau national. S’il n’y a ni l’un ni l’autre, alors il faut saluer le tokonoma (kamiza) puis les professeurs et les senpai.
2. On ne s’adressera pas de manière familière aux autres membres du club tel qu’on pourrait le faire à l’école, mais avec déférence. Se montrer respectueux devrait se faire naturellement, même lorsque l’ambiance est suffisamment détendue pour se parler sans faire mention de titres entre senpai, kohai et autres camarades. Le dôjô est un lieu où l’on apprend et l’on respecte le rei pour atteindre le satori. Cela doit être évident pour tous.
3. On évitera de s’asseoir sur les tatamis aux emplacements réservés au jury. Si cela est inévitable, alors on adoptera la position seiza.
4. Il est strictement interdit de fumer dans un dôjô. Cela est irrespectueux pour les tireurs. Le dôjô n’est pas un lieu de détente, ce n’est donc pas convenable.
5. Lors d’une séance de tir, on retirera ses bijoux (bagues, boucles d’oreilles, etc.) et on ne portera que ce qui est essentiel à la pratique.
6. Il faut éviter de rire ou de discuter à voix haute, mais au contraire apprivoiser les codes du kyûdô et respecter le calme pour ne pas troubler la pratique des autres personnes.
7. En position assise, il ne faut pas garder le(s) genou(x) levé(s). Le seiza est recommandé.
8. On ne marchera pas sur le shikii (seuil) lors de l’entrée sur le shajô ou lors de la sortie. On ne marchera pas non plus et on ne s’assiéra pas sur le rebord des tatami. Cela accélère l’usure du shikii et le vieillissement prématuré des tatami.

 

IV. – Utilisation du matériel de kyûdô

1. Arc et corde

– Quand on arrive au dôjô, après avoir salué, il faut d’abord tendre son arc et vérifier sa bonne forme. Ensuite seulement, on va se changer pour revêtir la tenue de kyûdô.
– Quand on aide quelqu’un à tendre son arc, il faut s’assurer d’être bien ancré au sol, et saisir urahazu les deux mains posées en réceptacle contre l’épaule. Il ne faut pas toucher himezori et ne pas pousser l’arc.
– S’il n’y a pas de sturukakeita (encoche en bois fixée au mur), il faut poser urahazu sur yumibukuro ou autre placé au sol et contre le mur afin de ne pas abîmer ces derniers.
– Il faut vérifier la bonne position de la corde : sa longueur, sa position deki ou iriki.
– S’il est nécessaire de modifier la corde après l’avoir tendue, on pousse avec le pied au niveau de shitanari (courbe du bas de l’arc) et, parce que l’arc est précieux, l’on essuie ensuite l’endroit où on a posé le pied.
– Quand la corde s’effiloche, c’est la preuve d’un manque d’entretien. Il faut absolument l’enduire de magusune.
– Il faut saisir l’arc tendu seulement sur le yazuridô, nigirigawa ou saisir la corde.
– Il ne faut pas poser le tsurumaki sur l’arc tendu. Il ne faut pas non plus poser le kake entre l’arc et la corde.
– Il ne faut pas toucher l’arc d’autrui, ni l’ouvrir.
– Lors d’examens ou de tournois, le shinkôgakari (assistant) doit changer la corde cassée d’un arc, mais il ne doit pas ouvrir cet arc.
– Quand on achète un arc, il faut demander la permission du magasin pour l’ouvrir. Il ne faut pas l’ouvrir jusqu’au yazuka, mais seulement l’ouvrir jusqu’à l’oreille.
– Quand on laisse l’arc tendu pendant longtemps, il faut y mettre deux cordes.
– Il ne faut pas poser l’arc à plat sur le sol, ni l’enjamber.

2. Flèches

– Il faut tirer les flèches toujours dans le même ordre ; ainsi, on peut mieux sentir les caractéristiques de chaque flèche. Ce qui peut être utile lors de leur réparation.
– Quand on effectue yatori, il faut d’abord retirer les flèches qui n’ont pas atteint la mato, puis celles plantées dedans en commençant par celles le plus au bord pour terminer par celles le plus au centre.
– Quand une flèche a percé le bois de la mato, il faut maintenir celle-ci avec les genoux et retirer la flèche à deux mains.
– Quand la flèche est retirée, la tenir plumes en haut et du côté du kamiza et le yanone en bas dans la paume de la main et la rapporter à l’intérieur du dôjô.
– Yatori est effectué par les kyudojin et non par le sensei.

3. Kake

– Il ne faut pas enfiler le gant d’autrui ni toucher le tsurumakura.
– Pour enfiler le gant, il ne faut pas se tourner vers le kamiza, mais en direction de shimoza et en position de kiza ou de seiza.

4. Mato

– Quand on indique la position de la mato sur l’azuchi, il faut le faire en kiza.

5. Divers

On ne doit pas faire yatori en gardant son kake, le tasuki, le tsurusuberi, etc.

 

V. – Le tir

1. On observe souvent – dans les dôjô publics, lors de monomae (moment précédant le taikai ou le shinsa) ou en pratiquant ikomi (pratique en groupe sur la même mato en tenant chacun quatre flèches). Cette pratique n’est pas recommandable eu égard aux autres pratiquants. Cependant, si tous les kyûdôjin présents n’y voient aucune objection, alors cela peut être accepté.
2. Lorsque l’on pratique dans un autre dôjô que le sien, il faut s’en tenir à hitote (tirer deux flèches) et non tirer quatre flèches d’affilée, à moins que cela ait été décidé et accepté par les autres pratiquants.
3. Il est strictement interdit de tirer beaucoup de flèches d’affilée sur une même mato. Surtout il n’est pas autorisé d’utiliser la mato du professeur afin d’éviter tout risque d’abîmer ses flèches. Dans le cas où il l’autoriserait, il faut respecter ses instructions.

VI. – Recevoir l’enseignement

Lorsque l’on suit un enseignement pendant un séminaire, il faut s’abstenir de contrer les arguments ou de proférer des excuses. Un séminaire est, à l’origine, une assemblée pour recueillir le savoir-faire des enseignants et ce n’est pas un lieu de débat. Cela nuit aux autres participants. Il est important que chacun collecte les remarques et les enseignements et nourrisse ses entraînements en choisissant de privilégier ce qui lui est utile personnellement. Il y a rarement de bons tireurs parmi ceux qui trouvent à redire.

VII. – Enseigner

De nombreuses personnes prennent l’initiative d’enseigner. Il faut s’en abstenir en présence d’un haut gradé et seulement suivre les instructions de ce dernier. Il faut savoir que les shidosha enseignent petit à petit en tenant compte des conditions physiques, de l’expérience des élèves. Le risque est de perturber les élèves par des explications peu mesurées.

VIII. – Mitori geiko, entraînement par l’observation

1. Il ne faut pas observer le yanori (visée) des haut gradés, à moins qu’ils ne l’aient demandé, car cela dénote un manque de respect à leur égard.
2. Lorsqu’on observe le tir des shihan (ses propres professeurs ou les hanshi), il faut le faire en position assise, mais pas se tenir en face de la personne, sinon avec sa permission. L’observation peut se pratiquer également debout. Il faut suivre les codes de mitori geiko en observant le rei.

IX. – L’état d’esprit à respecter en particulier

1. Keiko wo hare ni suruzo to tashinami te, hare obatsune no kokoro narubeshi. Il faut toujours s’entraîner comme si on était un jour d’examen ou dans un taikai, ainsi on garde l’esprit serein.
2. Le tir s’effectue avec le cœur (esprit). On doit ressentir un état de sérénité lors du kai. On ne peut pas l’éprouver si l’on contraint l’arc. Plus on reçoit la puissance de l’arc avec le squelette, plus on ressentira aisance et sérénité.
3. L’entraînement doit se concentrer sur les bases. Il ne faut pas négliger de s’entraîner avec la conscience de l’unité de l’esprit et du tir, sans se focaliser sur le fait d’atteindre la cible. L’absence de spiritualité ne permet pas la bonne pratique du tir. Par sa présence, elle fait advenir le tir véritable.

J’ai noté tout ce que j’ai appris des professeurs et des senpai afin de pouvoir vous le transmettre. Veuillez garder cet enseignement dans votre esprit et ne pas le considérer comme de simples notes. Je souhaiterais également que vous puissiez les transmettre aux générations futures.

 

Hommage à Komiya Eiko sensei

Komiya Eiko sensei, hanshi 9ème dan, nous a quitté le 17 mars 2018. La veillée funèbre a eut lieu le 21 mars à Kawaguchi-shi, préfecture de Saitama et les obsèques le lendemain. Notre dojo y était représenté par un bouquet de fleurs.

 

François Cavalier, président de l’AKE, partage son émotion et ses souvenirs dans ce texte :

« Mme Komiya fait partie du petit groupe des grands senseis japonais qui ont formé plusieurs générations de kyudoka; elle s’est notamment impliquée dans la formation des kyudoka européens avec beaucoup de gentillesse et de dévouement. Toujours affable et souriante, attentive à ses élèves, à leurs efforts comme à leurs difficultés, elle nous encourageait avec patience et générosité. Derrière son sourire bienveillant se cachait aussi une volonté de fer: « Quand tu échoues, recommence! » est la formule qu’elle avait calligraphiée sur les carnets de ses élèves lors du stage de Tokyo en 2007. Mais cette volonté n’allait pas sans un véritable sens de l’humour nous invitant parfois à rire de nos difficultés. Mille mercis Komiya sensei, nous garderons précieusement votre enseignement. »

A Courcelles, le samedi 24 mars, un tir de condoléance (chô sha 弔射 ) fut organisé avant le taikai mensuel. Le kamisa avait été ornementé de photos de la sensei, d’un de ses articles de la revue de la fédération japonaise, de cibles et d’un bouquet de fleurs.

Après le salut, chaque personne ayant connu Komiya sensei fut invitée à témoigner de sa ou ses rencontres avec ce grand Maître.

Yumi Minaminaka sensei offrit ensuite un yawatashi à sa mémoire, avec, en signe de deuil, un ruban noir noué autour du uwasekiita de son arc et un salut, sur honza et avant tasuki sabaki, vers la photo de Komiya sensei. Elle fut assistée dans son tir par Naéko Ohta et Damien Oudin.

Naeko Ohta a composé ce haiku à la mémoire de Komiya sensei :

冬菫 fuyu sumire Violettes hivernales
恩師逝きて onshi yukite Mon cher maître est parti
弓残し yumi nokoshi Ses arcs demeurent

Tournoi AKE du 24 février

Samedi 24 février, AKE organisait son traditionnel tournoi de fin de mois. Après un tir de cérémonie (Yawatashi avec Damien Oudin – ite, Nghi-Dung Tran – Dai ichi kaizoe, Claude Longet – Dai ni kaizoe), le tournoi a commencé. Nous avons adopté un rythme très rapide, les 24 participants restant debout face aux 6 matos. Arnaud a nettement gagné le tournoi, avec le résultat impressionnant de 9 flèches sur 12 ! La place suivante a été sérieusement disputée par Jean-Benoît e t Claude, ex-aequo (6/12). Il a fallu trois tours pour les départager pendant un tir en mode izume (mort subite), et c’est finalement Jean-Benoît qui l’a emporté (2/3). Les gagnants se sont partagés quelques cadeaux, dont une boîte de harengs marinés (brathering). Bon appétit !

Après le tournoi, Dora a eu la joie de tirer sa première flèche sur la mato, entourée par tout le club. La mato a été soigneusement installée et mesurée par Pierre. Enfin Dora a tiré haya et otoya sous le regard attentif de Yumi Sensei et Arnaud. Les deux flèches se sont élégamment plantées l’une près de l’autre. Nous l’avons tous chaleureusement applaudie. Nous te souhaitons de belles flèches, Dora !

Stock

Mis à jour 29 novembre 2017

Hakama

— 1 hakama homme taille 26 (occasion – état neuf) (35 euros)
— 1 hakama homme taille 31 (neuf) (50 euros)
— 1 hakama femme noir taille 24 (neuf) (50 euros)

Tabis

— 1 paire de tabis coton taille 29 (occasion)(9 euros)
— 1 paire de tabis stretch taille 26/26,5 (neuf) (20 euros)
— 1 paire de tabis coton taille 26 (neuf) (12 euros)
— 1 paire de tabis coton taille 28 (neuf) (12 euros)

Obis

— 1 obi homme violet (occasion) (8 euros)

Gant

— 1 gant couleur noir taille 6 (neuf) (200 euros)