Stock

Mis à jour 02 novembre 2017

Hakama

— 1 hakama homme taille 26 (occasion – état neuf) (35 euros)
— 1 hakama homme taille 31 (neuf) (50 euros)
— 1 hakama femme noir taille 24 (neuf) (50 euros)

Tabis

— 1 paire de tabis coton taille 29 (occasion)(9 euros)
— 1 paire de tabis stretch taille 26/26,5 (neuf) (20 euros)
— 1 paire de tabis coton taille 26 (neuf) (12 euros)
— 1 paire de tabis coton taille 28 (neuf) (12 euros)

Obis

— 1 obi homme rouge (neuf) (13 euros)
— 1 obi homme violet (occasion) (8 euros)

Gant

— 1 gant couleur noir taille 6 (neuf) (200 euros)

Ōsōji

Samedi 17 décembre, c’est la dernière séance de l’année. C’est le temps de faire un bilan de l’année écoulée mais surtout de se lancer dans un grand nettoyage, ōsōji. Tout doit être propre afin d’aborder la nouvelle année sereinement.

Mais avant de s’affairer dans la bonne humeur, les vingt-neuf participants à la séance ont le plaisir d’assister à un Yawatashi réalisé par Marc-Antoine (Ite) assisté de Jean-François (Dai Ichi Kaizoe) et François (Dai Ni Kaizoe).

Belle introduction avant d’entamer un taikai festif mais tout de même rigoureux puisque l’ordre de passage sera tiré au sort et les cibles touchées dûment comptées. A la dixième flèche dans la mato, l’archer gagne un cadeau. Lors de cette affrontement amical, les plus sérieux se concentrent sur leurs tirs tandis que les autres se taquinent, applaudissent pour chaque atari. Ce samedi, rires et Yoshi ! emplissent le gymnase de Courcelles. C’est la fin d’année, bonne humeur et optimiste sont de mises.

La dernière photo de l’année est à destination de notre dojo partenaire à Yokohama, Asahiku Kyudo Kai, pour leur souhaiter une bonne année.

Lors du salut qui ponctue cette année de travail, Naeko tel un Père Noël remet des cadeaux à nos trois gagnants du taikai festif (Arnaud, Jean-Benoit, Yveline) et offre à chacun des pratiquants, les présents que nous ont réservés l’Asahiku Kyudo Kai de Yokohama. Le temps d’avoir une pensée amicale pour eux afin de les remercier de leur gentillesse.

Le salut de fin de séance qui est aussi aujourd’hui celui de fin d’année, donne le signal de l’ōsōji. Les placards sont vidés, nettoyés, les objets inutiles qui se sont accumulés au cours de l’année sont jetés, les matos sont refaites etc… Après une trépidante activité d’une quarantaine de minutes, nous sommes prêts pour cette nouvelle année qui sera soyons en sûr riche en émotions et amitiés. Bonne année !

Taïkaï interne AKE – 29 octobre 2016

taikai-ake-10-2017

Samedi 29 octobre, premier taïkaï interne AKE de l’année, reporté par Jean-Benoît (8/12), suivi de Naéko (6/12) qui se départage avec Claude (6/12 également) après un tir en mode izume (mort subite). A noter un très déterminé kaichû de Naéko sur la dernière volée de 4 flèches.

Kyudo et Kyogen

kyogen1L’AKE a eu l’extrême honneur et la chance formidable de recevoir le samedi 6 mai le maître de kyogen OGASAWARA Tadashi lors de son passage à Paris pour une leçon un peu particulière : les liens entre kyudo et kyogen.

Le kyogen est un art théâtral qui puise ses racines dans le Japon médiéval. Pratiqué depuis 650 ans, il est considéré comme un des arts les plus anciens ce qui lui a valu son classement par l’UNESCO au patrimoine immatériel de l’humanité en 2001. Cet art quasi millénaire n’en est pourtant pas une pratique gelée car il sait être novateur. Si à l’époque Edo, les artistes puisent dans un répertoire unique de trois cents pièces, à l’ère Meji, le répertoire se renouvelle et on voit la création de pièces plus modernes. Aujourd’hui les ponts sont maintenant nombreux entre théâtre occidental et japonais ; le plus évident étant une collaboration avec la Comedia d’ell arte.

Basé sur des scénettes d’une quinzaine de minutes, le kyogen est un intermède comique lors des représentations du théâtre No. Le comédien armé d’un seul éventail mélange mime et texte pour interpréter des situations. L’éventail est tout à la fois ; tenu ouvert à l’horizontal il devient Tokkuri, le récipient à saké, et ensuite le verre tenu à deux mains par l’amateur du breuvage. Mais cet éventail peut se faire aussi sabre ou arc ; tout est possible seul compte la créativité de l’acteur et l’imaginaire du spectateur.

Cet échange riche entre Monsieur Ogasawara et les pratiquants de l’AKE ont permis d’entrevoir quatre liens entre kyudo et kyogen :

L’objectif poursuivi. Ces deux arts ancestraux tendent vers un absolu où archer et comédien cherchent la perfection dans le geste, travail d’une vie.

La maturité. En kyogen, un comédien âgé de vingt ans existe à peine. A 40, 50 ans, il n’est qu’un « morveux ». Le maître d’OGASAWARA Tadashi est âgé de 86 ans, NOMURA Man. Ce brave homme que nous voyons comme un acteur accompli, considère qu’il a encore beaucoup à apprendre. De même les maîtres de kyudo pensent que ce n’est qu’à partir de l’âge de 75 ans que le tir arrive à maturité.

Le mouvement. Le corps est vertical, le poids légèrement en avant avec un centre de gravité bas et toujours central même pendant les déplacements. Le menton est rentré afin de tirer la colonne vertébrale vers le haut. On tire ainsi le corps dans toutes les directions. Geste et déplacement sont parfaitement maîtrisés.

La respiration. La respiration est profonde. On inspire par la nez en fermant la bouche. Si on inspire par la bouche, les épaules ont tendance à monter. On expire par la bouche. En posant les mains sur le ventre, on peut constater le travail de ce dernier.

kyogen2

Délaissé par le public japonais, le kyogen renferme pourtant une partie de l’âme japonaise entre burlesque, imaginaire et tradition. OGASAWARA Tadashi se montre ainsi une source d’inspiration par son travail et le cheminement intellectuel qui l’accompagne pour tout pratiquant de kyudo.

Taikai de printemps 2016

Après l’annulation forcée du « taikai d’automne » en raison des événements funestes du mois de novembre, s’est tenu le dimanche 17 avril le « taikai de printemps » de l’AKE. Le tournoi a réuni 23 compétiteurs venus des différents dojos d’Ile-de-France.

Un Yawatashi d’ouverture a été présenté par Yumi Minaminaka senseï, Ite, assistée avec plaisir par Claude Longet, Dai-ichi Kaizoe, et Jean-Benoît Birck, Dai-ni Kaizoe.

TAIKAI-5

 

 

 

 

 

 

 

TAIKAI-4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TAIKAI-6

 

 

 

 

 

 

 

 

TAIKAI-3

 

 

 

 

 

 

 

La matinée a été consacrée au tir des 12 flèches homologuées par tachis de cinq tireurs. A l’issue de cette première partie de la compétition, Pascal Olivereau sort en tête avec 8 cibles atteintes, suivi par Jean-Benoît Birck et Maurice Boniface avec 7 cibles.

Après la pause du déjeuner, la compétition reprend avec 8 nouveaux tirs pour décider de la victoire sur le total de 20 flèches. Les premiers résultats de la matinée sont peu modifiés puisque Pascal Olivereau remporte finalement le tournoi avec 12 flèches, suivi par Jean-Benoît Birck avec 11 flèches. La troisième place sera départagée par un Izumé très serré et de longue haleine entre David Ta et Maurice Boniface, que ce dernier emportera à la septième flèche.

Lors de cette belle journée de Kyudo, organisée par Yumi Minaminaka, assistée de Yolande Terrasson pour le staff, 460 flèches ont été tirées et 162 ont atteint la mato. Après la remise des certificats,  les vainqueurs ont pu se réjouir des cadeaux raffinés choisis par Naéko Otha.

Les membres d’AKE remercient chaleureusement tous les compétiteurs non seulement de leur participation au tournoi mais de la main forte que ceux-ci ont portée spontanément à l’installation et à la désinstallation du matériel.

A la prochaine fois !

TAIKAI-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Classement :

  1. Pascal Olivereau (MAM-SK) : 12 points
  2. Jean-Benoît Birck (AKE) : 11 points
  3. Maurice Boniface (KAP) : 10 points
  4. David Ta (MAM-SK) : 10 points
  5. Marc Bertin (AKE), Kai-Ching Lam (AKVM), Nicolas Ladron de Guevara (MAM-SK) : 9 points.

      Jean-Benoît.

 

Taïkaï interne AKE – février 2016

TAIKAI -FEVRIER-2016-8

TAIKAI -FEVRIER-2016-5

TAIKAI -FEVRIER-2016-7
Le tournoi débute par un Yawatashi exécuté en kimono par Claude, Itte, Marie G., Dai Ichi kaizoe et Jean-Benoît, Dai Ni kaizoe.

TAIKAI -FEVRIER-2016-9

TAIKAI -FEVRIER-2016-10

TAIKAI -FEVRIER-2016-11

A l’issue des 12 flèches tirées par chacun des 15 participants, où 40/180 flèches ont atteint la mato, il s’est trouvé que les précédents exécutants du tir d’ouverture sont arrivés en tête, dans un ordre différent : Marie (5 flèches), Claude (6 flèches), Jean-Benoît (6 flèches).  Pour départager les deux ex aequo a été réalisé un Izume, remporté à la première flèche par Jean-Benoît.

TAIKAI -FEVRIER-2016-12

1. Jean-Benoît : 6 flèches

2. Claude : 6 flèches

3. Marie G. : 5 flèches

Yumi senseï, Jean-Francois senseï et Yolande ont ensuite proposé une correction détaillée et instructive des erreurs commises lors du Yawatashi.

Remarquant que ce sont les mêmes tireurs qui se sont classés lors des deux derniers taïkaï, on apprécie le caractère judicieux des prix remis les deux fois aux vainqueurs : en janvier, les tisanes bio détox choisies par Naéko , et aujourd’hui, les gâteaux choisis par Yumi comme pour les compléter.

Ainsi bien rassasiés, ceux-ci attendent désormais que d’autres tireurs remportent les tournois à venir.

TAIKAI -FEVRIER-2016-13

Jean-Benoît

Taïkaï interne AKE – janvier 2016

En ouverture du tournoi a été présenté un Yawatashi réalisé avec intensité par Naéko, Itte, Damien, Dai Ichi kaizoe et François, Dai Ni kaizoe.

TAIKAI-JANVIER 2016-2

Au terme de l’ensemble des tirs, Jean-Benoît prend la première place avec 10 flèches. Suivent à égalité avec 5 flèches, Marie G. et Claude, qui se départageront en un Izume, remporté valeureusement par Marie à la troisième flèche.

Le classement est le suivant :

1- Jean-Benoît : 10 flèches

2- Marie G. : 5 flèches

3- Claude : 5

Taïkaï interne AKE – novembre 2015

Taikai nov.2015

C’est par un shigure (時雨, crachin) très automnal qu’a commencé la séance de notre Taikai (大会) interne de novembre pour se finir par un beau soleil aux allures d’hiver.

Le tournoi débuta avec un Yawatashi (矢渡し) avec, en Itte (射手) Tarik, Dai ichi kaizoe (第一介添) Marie G. et Dai ni kaizoe (第二介添) Marc-Antoine.

Sur onze participants, tous mirent au moins une flèche, jusqu’à ce que se départagent Marie R.,Tarik, Nghi-Dung et David, avec trois flèches mises dans la cible, pour la troisième place, en izume (射詰め). Marie se situe troisième.

Enfin, Yumi-sensei et Jean Benoît se départagent, avec quatre flèches dans la cible, pour la deuxième et première place. Ils tirent à sept reprises en izume pour qu’enfin Jean-Benoît se place premier et Yumi deuxième. Félicitations !

A noter que Yumi-sensei nous a parlé d’une troisième graphie existante du mot Zanshin en plus des deux que nous connaissons déjà dans le Kyudo Manuel. Expliquée par Iijima-sensei au séminaire d’octobre, elle démontre une rémanence de l’expansion (残伸) en plus de la rémanence de l’esprit (残心) et de celle de la forme (残身).

Marc-Antoine